une-vie-en-plus

En bonne santé au delà de 100 ans ? 

Vivre cent vingt ans en bonne santé, est-ce un doux rêve ou une réalité ?
 
C'est un processus déjà engagé. En Europe, nous gagnons un trimestre d'espérance de vie par an. En 2040 ou 2050, l'espérance de vie en France pourrait s'approcher des quatre-vingt- quinze ans, homme et femme confondus. Par ailleurs, les scientifiques disent depuis plusieurs années que le corps humain est plutôt fait pour vivre cent vingt, voire cent quarante ans. Nous avons déjà une possibilité de nous maintenir en bonne santé et de vieillir au-delà de cent ans si nous appliquons quelques grands principes de prévention.
 
Mais l'homme s'abîme. Comment fera-t-il pour résister aux violentes usures du temps ?


Il y a plusieurs techniques. Le génie tissulaire permet à des organes entiers de se reconstituer, avec leur forme et leur fonctionnalité, directement de l'intérieur du corps plutôt qu'en étant greffés. Nous n'y sommes pas encore, mais une bonne trentaine de laboratoires travaillent aujourd'hui sur ce sujet à travers le monde. Ils copient en cela la salamandre, qui est capable de se reconstituer du plus petit gène au moindre tendon.
 
Faut-il croire ceux qui affirment que l'immortalité est pour demain?
 
Je ne suis pas favorable à cette vision transhumaniste d'une immortalité complète créée par l'homme. Certaines personnes auront les moyens de se doter des outils nécessaires à cette survie artificielle et d'autres pas. C'est injuste. Cela n'empêche pas des scientifiques de l'imaginer dès maintenant. Ils considèrent que le corps humain est une machine où tous les modules sont remplaçables et modifiables. Prenez le cas d'un Airbus qui a 20 ans. Chaque pièce est régulièrement vérifiée et, au moindre petit risque de panne, elle est remplacée. Au final, l'Airbus reste comme neuf, voire s'améliore de technologies nouvelles. Les transhumanistes imaginent la même chose pour le corps humain. Ce qui me paraît constituer une erreur fondamentale, car le corps humain a d'autres valeurs émergentes que d'être considéré comme une machine.  Par Christophe Doré - Le Figaro - Publié le 07/01/2011
 
* Et l'homme créa la vie, Joël de Rosnay, LLL, 304 p
 
Microgénétique et Nutrigénomique : des voies d'avenir pour la santé et "le bien veillir"

La nouvelle discipline appelée "épigénétique" (Modulation de l'expression des gènes par le comportement et notamment la nutrition) est considérée aujourd'hui comme une avancée fondamentale dans la compréhension du maintien d'une bonne santé et le ralentissement des processus de vieillissement.

Un article récent, demandé aux Etats-Unis par le National Cancer Institute et le National Institute of Healh, fait le point sur l'impact épigénétique, ainsi que sur la prévention de certains types de cancers, de produits naturels pouvant être consommés quotidiennement et dont certains font partie de la base alimentaire traditionnelle de nombreux pays.

La micronutrition étudie l'impact des micronutriements, tels que vitamines et oligo-éléments, sur la santé. Quant à la nutrigénomique, elle étudie l'influence des composants d'un régime alimentaire (macro et micro-nutriments) sur l'ensemble des gènes d'un individu ainsi que sur les changements métaboliques qu'ils génèrent.

Un intéressant colloque sur la micronutrition s'est tenu à la Cité des Sciences et de l'Industrie les 19 et 20 mars 2011. On trouvera ci dessous le programme des interventions ainsi que des résumés de conférences, portant notamment sur l'épigénétique, l'épigénome, le rôle des mitochondries, ou les effets du resvératrol... Cliquer ici Téléchargement Colloque Micronutrition CSI 190311